vendredi 24 février 2017

Poules et Jardin numéro 12
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion du printemps 2017 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le lundi 27 février 2017


Bienheureux propriétaires de poules ! Mine de rien, ils font des jaloux. Et nombreux sont ceux qui rêvent de franchir le pas et d’installer un petit poulailler au jardin. Preuve en est, le rejet complet des œufs produits en batterie. Ils sont inéluctablement voués à disparaître des rayons des magasins tant les consommateurs refusent aujourd’hui les dérives de 60 ans d’agriculture industrielle au mépris du bien-être animal, de la diversité des races avicoles et du goût. D’ailleurs, aux États-Unis, après le rejet des œufs de batterie, c’est désormais au pseudo poulet de chair, grandi toujours plus vite et toujours plus gros dans les fermes usines, que gourmands et défenseurs des animaux d’élevage s’attaquent. Et ce ne sont pas ceux d’entre-vous qui élèvent quelques poulets pour s’en régaler qui affirmeront le contraire.
Aussi, alors que les beaux jours reviennent, nous voulions pour ce numéro vous donner tous les conseils pour que tout se passe pour le mieux au poulailler avec l’arrivée du printemps. Comment intégrer de nouvelles poules ou se constituer un petit troupeau, quelle nourriture donner aux pondeuses pour que les pondoirs soient pleins, comment tenter l’expérience d’une couvée si vos œufs sont fécondés ou encore comment utiliser vos poules en “tondeuses à gazon” et à bien d’autres choses au jardin, au potager ou au verger…
On savait déjà que le bonheur était dans le pré. Il est désormais aussi au jardin et au poulailler ! Bon retour des beaux jours en compagnie de vos petites protégées.

Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef


au sommaire du numéro 12 :

mardi 15 novembre 2016


Poules et Jardin numéro 11
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion d'automne 2016 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le lundi 14 novembre 2016



Les jours raccourcissant et le mauvais temps s’annonçant dans la plupart des régions, vos poules s’apprêtent à passer beaucoup plus de temps dans leur poulailler. C’est la raison pour laquelle nous voulons, dans ce numéro de fin d’année, vous aider à leur offrir les meilleures conditions possibles. Car on ne le répétera jamais assez : des poules bien dans leurs plumes et confortablement installées sont les meilleures garanties pour qu’elles restent en bonne santé. Hélas, les novices en matière de petit élevage familial négligent parfois leur confort en hiver ou exposent leurs animaux à des problèmes en voulant trop les protéger du froid et des intempéries. Vous êtes aussi nombreux à vous interroger sur le type de pondoir à leur proposer. Avec notre article sur le pondoir idéal, vous trouverez toutes les réponses à vos questions.
Enfin, parce que les insidieux et presque invisibles poux rouges sont un véritable fléau auquel même les éleveurs les plus pointilleux n’échappent pas, nous consacrons un gros dossier à ce problème. Et vous le verrez, ces “bestioles” qui sont souvent responsables des soucis de santé comme de ponte, ne sont pas une fatalité. Il existe en effet des moyens écologiques préventifs comme curatifs pour en débarrasser le poulailler et ses résidentes.
Bonne fin d’année à toutes et à tous en compagnie de vos petites protégées.

Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef


au sommaire du numéro 11 :


jeudi 30 juin 2016


Poules et Jardin numéro 10
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion d'été 2016 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Canada

le vendredi 1er juillet 2016




Ce printemps, plus que les autres années, les supermarchés du vert et de l’animal que sont les jardineries proposaient toujours plus de poules. Il faut, certes, s’en réjouir. C’est le signe évident que nous sommes de plus en plus nombreux à redécouvrir ces attachants animaux domestiques qui nous gratifient (normalement !) de savoureux œufs frais et nous débarrassent d’un bon nombre de déchets verts ou de table. Mieux, cela fait mentir tous ceux qui pensaient que le retour des poules au jardin ne durerait que le temps d’une mode passagère. Bien au contraire, face à la demande toujours plus grande de gallinacés, ce mouvement s’inscrit dans la durée. Car au-delà de l’aspect sympathique, amusant et passionnant de côtoyer au quotidien les résidentes du poulailler, cet engouement nous montre aussi que de plus en plus de citoyens ne sont plus d’accord avec la façon dont sont produits la plupart des œufs du commerce et encore moins avec le traitement infligé aux animaux d’élevage. Il y a, avec cette passion retrouvée pour les poules, une défiance qui s’installe durablement vis-à-vis de l’industrie agroalimentaire et de ses dérives parfois totalement folles. Voilà pourquoi sans doute, adopter et élever des poules au jardin est non seulement un formidable hobby, mais aussi une petite révolution tranquille à base d’œufs frais du jardin et de joyeux caquètements.

Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef


au sommaire du numéro 10 :


jeudi 3 mars 2016


Poules et Jardin numéro 9
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin

 Éclosion de printemps 2016 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse

le vendredi 4 mars 2016




Alors que depuis la fin novembre dernier, plus de 70 foyers de grippe aviaire  ont été identifié dans un grand quart sud-ouest de la France, nombre de propriétaires d’une petite basse-cour familiale s’inquiètent. C’est la raison pour laquelle nous tenions à faire le point sur cette situation et vous donner toutes les mesures à mettre en œuvre si un foyer venait à être découvert à proximité de votre poulailler. Mais, à y regarder d’un peu plus près, que nous dit cette épidémie ? Qu’elle frappe essentiellement des élevages aux méthodes de production intensives et des animaux au patrimoine génétique uniforme. C’est ce qui fait dire à certains spécialistes et observateurs de l’agriculture qu’il serait peut être temps de revenir à une plus grande diversité génétique en allant puiser dans les races traditionnelles délaissées par l’élevage intensif moderne. C’est ce que font la plupart d’entre-vous, adoptant des races oubliées traditionnelles, généralement rustiques et affichant d’aussi bonnes performances de ponte que de qualité de chair. En cela, les petites basses-cours familiales jouent un rôle essentiel dans la sauvegarde de la biodiversité des races domestiques d’élevage.
Et puis, comme le dit si bien le diction, “les poules pondent par le bec”. Aussi, pour que le retour des beaux jours soit aussi celui des pondoirs bien garnis, nous consacrons un vaste dossier à la nourriture idéale de la basse-cour. Tout est, là aussi, affaire d’équilibre et de diversité pour nourrir les résidantes du poulailler. Et forcément, comme vous possédez un jardin, n’hésitez pas à leur offrir, voire à leur cultiver de la verdure et à leur laisser accès à un parcours herbeux. C’est le meilleur moyen pour se régaler de bons œufs frais du jardin pondus par des poules heureuses…



Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef

au sommaire du numéro 9 :


mercredi 14 octobre 2015


Poules et Jardin numéro 8
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin


 Éclosion d'automne 2015 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse

le jeudi 15 octobre 2015



Qui l’aurait cru ? Alors que les États-Unis ont connu cet été une crise de grippe aviaire sans précédent, les petites basses-cours familiales y sont depuis en pleine explosion ! Car cette épidémie qui a nécessité l’abattage de près de 50 millions de volailles n’a fait que consommer le divorce entre les citoyens et l’industrie agroalimentaire considérée, à tort comme à raison, comme la grande responsable de cette hécatombe dans les élevages industriels en raison de l’appauvrissement génétique d’animaux sensés produire toujours plus et toujours plus vite. 
Vu de ce côté-ci de l’Atlantique, cet épisode nous en dit long sur l’incroyable distorsion qu’il existe entre la perception des poules dans les opinions publiques - comme de l’attente des consommateurs en matière de qualité et de méthodes d’élevage -, et la réalité d’une industrie de la malbouffe dont les poulets de chair et les pauvres pondeuses de batterie sont hélas les emblèmes. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le retour des poules au jardin connaisse un succès sans précédent et constitue une véritable petite révolution tranquille et caquetante pour dire “non” à une “industrie du vivant”, mais aussi se régaler de bons œufs frais et redécouvrir au quotidien ces animaux attachants. Et finalement, au regard de toutes les satisfactions que les résidentes du poulailler nous apportent, c’est le bon sens qui reprend ses droits. Tout simplement !
Bonne fin d’année à la basse-cour à toutes et à tous.  

                                                            Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef

au sommaire du numéro 8 :


lundi 15 juin 2015

Poules et Jardin numéro 7
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin


 Éclosion d'été 2015 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse

le jeudi 18 juin 2015







Si l’été est la saison la plus agréable de l’année pour profiter pleinement du jardin, de la nature et des poules de la basse-cour, pour ces dernières, les mois les plus chauds et les plus ensoleillés sont souvent une épreuve ! Car, si beaucoup de propriétaires de poules pensent à tort que leurs protégées souffrent du froid en hiver, ils négligent trop souvent la belle saison. Pourtant, nos gallinacés craignent beaucoup plus la chaleur que les températures négatives et ont absolument besoin d’eau fraîche et propre en grande quantité, ainsi que d’ombre  pour vivre heureuses sur leur parcours et nous régaler de leurs œufs. Aussi, pensez-y, tout aussi champêtre et enherbé que puisse être l’espace que vous mettez à leur disposition, vos poules n’en profiteront pleinement à la belle saison qu’à condition qu’elles puissent se mettre à l’abri des feuillages d’arbres ou d’arbustes. Et, comme vous le lirez dans ce numéro, pour un effet “deux en un”, pourquoi ne pas installer des petits ou grands fruitiers sous lesquels elles s’abriteront, trouveront de la fraîcheur pendant les journées les plus chaudes et dont elles se régaleront des fruits ?
Vous aider à bien vivre avec vos poules, comprendre leurs besoins quotidiens et les soins à leur apporter, telle est notre ambition au fil des numéros. Car poule heureuse rime souvent avec poule pondeuse !
Bel été à toutes et à tous, au jardin comme au poulailler  !


                                                           Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef

au sommaire du numéro 7 :






vendredi 27 février 2015


Poules et Jardin numéro 6
le magazine trimestriel des amateurs d'œufs frais du jardin


 Éclosion du printemps 2015 !
en vente chez tous les marchands de journaux en France métropolitaine et en Belgique francophone 

le samedi 28 février 2015






Des ventes de poules, de poulaillers, de nourriture et de matériel qui explosent. Une croissance à deux chiffres pour le business de la basse-cour en 2014 ! Nul doute que 2015 sera encore placée sous le signe de la poule...
Mais face à cet engouement, il convient pour tous ceux qui élèvent des poules ou qui souhaitent tenter l’expérience de rester vigilant et de se poser les bonnes questions... Ne serait-ce que pour ne pas se faire avoir ou que la belle aventure des poules au jardin ne finisse en bérézina !
Aussi, avant de se lancer dans le projet d’une petite basse-cour familiale, il faut mûrir sa réflexion et peser le pour et le contre. De la même façon, il ne faut pas uniquement choisir un poulailler parce qu’il fait “joli”, mais plutôt considérer son aspect pratique et confortable, tant pour les animaux que pour celui qui va l’entretenir et le nettoyer. Ensuite, côté conduite de la basse-cour, les questions ne manquent pas non plus. Pourquoi mes poules pondent moins ? Suis-je réellement obligé d’acheter une alimentation hors de prix au vu du coût modique des matières premières utilisées pour les confectionner ? Quelles races adoptées si on veut des œufs, de la viande, les deux ou simplement de beaux animaux d’ornement ? Comment  les intégrer au mieux à l’écosystème du jardin ?
C’est à toutes ces questions que nous essayons de répondre au fil des numéros, pour que la “poule attitude” s’inscrive, au même titre que le jardinage, dans une “révolution” paisible et durable de nos mauvaises habitudes de consommation.

                                                           Guillaume Bourguignon, rédacteur en chef

au sommaire du numéro 6 :